613mitsvot.com

Pour ceux qui s’intéressent à la pratique juive je viens d’ouvrir avec mon ami le R. Harboun un site de Hallaka : www.613mitsvot.com

613mitsvot

Nos Hakhamim (Sages) nous ont enseigné

Les 613 mitsvot apparaissent pour la première fois sous ce titre dans une Haggadah du Talmud de Babylone :

« Rav Simlaï nous enseigne : 613 commandements ont été transmis par Moïse, 365 interdits correspondants aux jours de l’année et 248 commandements positifs correspondants aux 248 membres du corps humain.
Rav Hamnouna déduit ce nombre (de 613 commandements) autrement : Il est écrit (Deutéronome 33) : « La Tora nous a été ordonnée par Moïse en héritage », la valeur numérique du mot Torah est de 611, on y ajoute les deux premiers commandements du décalogue « Je suis l’Eternel » et « tu n’auras pas d’autres divinités que Moi » qui ont été donnés par la bouche de l’Eternel pour arriver à 613.
Par la suite David les fera toutes reposer sur 11 commandements, car il est écrit (Psaumes 15) : « Psaume de David. Eternel, qui séjournera sous ta tente? Qui habitera sur ta montagne sainte? Celui qui marche intègre, pratique la justice et dit la vérité de tout son cœur; qui n’a pas de calomnie sur la langue , ne fait aucun mal à son semblable, et ne profère point d’outrage contre son prochain; qui tient pour méprisable quiconque mérite le mépris, mais honore ceux qui craignent l’Eternel; qui, ayant juré à son détriment, ne se rétracte point ; qui ne place pas son argent à intérêt, et n’accepte pas de présent aux dépens de l’innocent. Celui qui agit de la sorte ne chancellera jamais.
Par la suite Isaïe les fera toutes reposer sur 6 commandements, car il est écrit (Isaïe 33) : « Celui qui marche dans la justice, parle avec droiture, refuse le profit de la violence, secoue la main pour repousser les dons, bouche ses oreilles aux propos sanguinaires, ferme les yeux pour ne pas se complaire au mal « 
Par la suite, Michée les fera toutes reposer sur 3 commandements, ainsi il est écrit (Michée 6) : « Homme, on t’a dit ce qui est bien, ce que le Seigneur demande de toi: rien que de pratiquer la justice, d’aimer la bonté et de marcher humblement avec ton Dieu!  »
Par la suite Habakuk les fera toutes reposer sur un seul commandement (Habakuk 2) : « Le juste vivra par sa foi. »   (Talmud Makkot 23b) »

Puis dans la bouche de Simon ben Eleazar (Makkot, Yitro, Baḥodesh, 5) puis chez Simon ben Azzai (Sifré sur Dt § 76, 90b). L’authenticité des déclarations attribuées à R. Simlaï a cependant, a été interrogée par des autorités du judaïsme médivale telles que Naḥmanides et Abraham ibn Ezra. Pour Abraham Ibn Ezra, il n’y a pas de fin aux mitsvot :

 » certains sages énumèrent 613 mitsvot, de nombreuses et diverses façons, […] mais en vérité, il n’y a pas de fin au nombre des mitsvot […], et si nous ne devions compter que les principes de base, […] le nombre de mitsvot n’atteindrait pas 613  » (Yessod Mora, Chapitre 2).

Le premier à entreprendre la tâche d’identifier les commandements a été Simeon Kahira, dans son « Halakot Gedolot » qui classe les préceptes dans l’ordre de la gravité des peines encourues pour leur transgression et les énumère dans l’ordre des parachiyyot, en commençant par le Décalogue (source JE).

Maïmonide, lui, publie un ouvrage intitulé « Sefer ha-Miẓwot, » fixant quatorze principes directeurs permettant de classer les mitsvot. Principes qui seront aussitôt attaqués par Naḥmanide et quelques autres…

Ce qu’il faut retenir de cela c’est que concrètement à travers les mitsvot c’est toute la vie juive concrète de chaque instant qui devient un acte d’attachement au Très haut et de sanctification du Nom dés le réveil :

Modé (moda pour les femmes) ani léfanékha, Mélékh ‘Haï vékayam,
chéhé’hézarta bi nichmati bé’hémla,
rabba émounatékha.

« Je te remercie (ou je reconnais), Roi vivant et qui subsistes,
que Tu aies fait revenir en moi mon âme, dans Ta bonté,
immense est Ta fidélité »

Le joug des 613 mitsvot

Le moyen concret qu’a trouvé le peuple juif pour  accepter la Royauté des Cieux (ol malkhout chamaïm) est le joug de la Torah, et concrètement celui des mitsvot (ol mitsvot). Ces 613 mitsvot ne s’opposent pas aux dix paroles données au Sinaï qui les contiennent et qui elles mêmes sont dérivées de l’unique parole l’Un qui parle aux hommes mais aussi aux animaux, aux pierres ou aux anges dans un langage ineffable que l’homme ne saurait comprendre. Rachi, citant la Mekhilta, commente la parasha de Yitro :

 « Toutes ces paroles… » : cela nous apprend que le Saint-Béni-soit-Il prononça les Dix Paroles en une seule parole, l’homme étant incapable de parler de cette façon. S’il en est ainsi (s’Il a prononcé les dix paroles en une seule), pourquoi le verset répète-t-il (les dix commandements, un à un): « Je suis…, « Tu n’auras pas… »? C’est parce qu’Il est revenu sur chaque commandement pour l’expliquer individuellement.

Et Rachi ajoute :

« Tous les 613 commandements sont inclus dans les Dix commandements » (à propos de Ex 24, 12)

Il ne s’agit pas comme on peut le croire de manière extérieure d’une check list de 613 actions à accomplir pour être quitte de sa responsabilité d’humanité -ce qui d’ailleurs serait impossible car certaines d’entre elles concernent le Temple détruit en l’an 70 de l’ère commune.
Cependant, le nombre de préceptes éthiques contenus dans la tradition juive ou de recommandations de nos sages ayant force de loi dépasse largement les 613… et se compte par milliers… sans compter toutes les traditions et coutumes locales (minhag) ou familiales.

Nassé venishma

Le judaïsme se veut nassé venishma, « nous ferons et nous écouterons » comme le disent les Hébreux à Moïse au pied du Sinaï, il est tourné vers l’action qui précède la compréhension (celui qui veut tout comprendre n’accepte pas le joug de D., il se prend pour lui).

Cependant, nos Sages nous ont enseigné que l’action lo Nishma (sans le Nom) était nécessaire mais insuffisante. Le but de la mitsva est d’être Nishma (pour le Nom), c’est à dire désintéressée, elle réalise ce qu’elle signifie.

La sanctification du temps

L’objectif de la mistva est la sanctification du temps. L’homme a peur du temps. Chaque instant qui passe noue rapproche de notre mort. Notre désir est donc volonté de vivre et en même temps peur de la mort qui devient la règle de l’homme sans D. La mitsva est donc une manière de déterminer le cours de l’histoire de la rendre à D. maître du temps. Et d’une certaine manière la première mitsva du juif est la sanctification du temps par le Chabbat.

Dans le moment ou j’exécute la mitsva (bénédiction par exemple) en conscience, de manière intentionnelle, j’accomplis par le coeur et l’intelligence ma dépendance radicale par rapport à mon créateur. Il y a là un paradoxe humain: ma plus haute liberté et la réalisation de mon humanité la plus profonde se vit dans la plus grande dépendance, le joug (Ol ha-mitsvot). le désir de vivre ne devient un désir humain que rapporté au Créateur de toute vie.

Par la mitsva, je sanctifie le temps qui est la marque du Olam Azé (ce monde ci) et mets cet instant en contact avec l’Eternel qui rédime l’histoire de son monde et la met en contact avec le monde à venir (olam haba). Pour le juif Les mitsvot sont donc des rendez-vous avec le Créateur.

Pour la tradition rabbinique, la femme n’est pas obligée aux mitsvas positives liées au temps (par exemple mettre les tsitsit et les téfilines quand il fait jour). Car son corps est déjà réglé par le temps (cycle du corps lié à la lune), alors que l’homme, imparfait (c’est pour cela qu’il doit être circoncis) n’a pas cette même conscience naturelle du temps.

Tu vivras par elle

Un juif est tenu de respecter toutes les mitsvot qui le concernent, sauf en cas de danger pour la vie. Le livre du Lévitique dit : va’haï bahem « Tu vivras par elles [La Torah]  » (Lv 18, 5), et non « tu mourras ». La Torah est une Torah donnée pour vie et non pour mourir, les mitsvot de même.

Les mitsvot ne concernent que les juifs dans leur mission d’être un peuple saint c’est à dire sans doute pas meilleurs que les autres mais séparé, particularisé, signifiant pour toute l’humanité . Les  bnei Noah, eux, n’ont que sept obligations noachides, ils n’ont pas a respecter les misvot données à Israël.

Chaque juif par son comportement engage tout Israël comme prêtre de l’humanité (« Vous serez pour moi un royaume de prêtres et un peuple saint [goy kaddoch] ’’ – Ex. 19, 6), chaque juif par son action devient particularisé, sort de la masse pour montrer un chemin d’humanité, peut devenir une parole et une étincelle du Sinaï, une « Torah vivante » disent nos Sages, au profit de toute l’humanité.

Le Pirké Avot l’un des plus anciens recueils du début de notre ère résume ce qu’est la vie juive :

Le monde repose sur trois piliers : la Torah, la Avoda (le service divin) et le Guemilout ‘hassadim (les actes de bonté) (Pirkei Avot 1, 2)

Et les Téhillim nous exhortent :

 פִּקּוּדֵי יְהוָה יְשָׁרִים, מְשַׂמְּחֵי-לֵב;    מִצְוַת יְהוָה בָּרָה, מְאִירַת עֵינָיִם.

Les préceptes de l’Eternel sont droits: ils réjouissent le cœur. Le commandement (Mitsvat) de l’Eternel est lumineux; il illumine les yeux. (Psaume 19, 9)

Un commentaire sur « 613mitsvot.com »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s